L’Amérique et les valeurs qu’elle représente sont en danger de mort. Si vous ne le pensez pas c’est que vous êtes un ennemi de la Liberté, voire pire : un démocrate.
Tel est, en substance, le discours tenu par le groupuscule réactionnaire qui a décidé de construire, dans les années à venir, la plus grande communauté survivaliste au monde : le projet Citadel.

Zoomie_III citadel wgt

Préparez-vous pour la fin du monde
Le survivalisme est une doctrine selon laquelle le monde va bientôt connaître une catastrophe d’une ampleur inédite : météorite, conflit nucléaire, crise économique, attaque terroriste, invasion de zombies
Des événements comme le 11 Septembre, l’ouragan Katrina ou la crise financière de 2008 ont contribué au renouveau de cette idéologie tombée en désuétude à la fin de la Guerre Froide. Ainsi, de plus en plus d’Américains font des stocks de provisions, effectuent des stages de survie dans la nature ou suivent des cours de tir et d’autodéfense.
Et ce renouveau du survivalisme ne concerne pas exclusivement des red necks vivant au fin fond du Nebraska : il concerne aussi de plus en plus de famille de la classe moyenne qui se sentent menacées.

“Leave our Guns Alone !
Pour certains, la catastrophe la plus imminente est celle qui arrivera lorsque l’administration Obama, enhardie par les vagues d’indignation suscitées par des fusillades toujours plus sanguinaires, parviendra à imposer de nouvelles régulations sur le port d’armes.

C’est pour cette raison que le fabriquant d’armes III Arms, basé en Virginie Occidentale, reprenant pour son compte la longue tradition américaine du replis communautaire, a décidé de construire une place forte dans le comté de Benewah, dans le nord de l’Idaho.
Le but de cette utopie réactionnaire est de permettre aux « vrais patriotes » de vivre à l’abri d’un monde devenu fou, d’offrir un cadre de vie sécurisé à tous ceux qui se sentent menacés par les agissements liberticides du gouvernement fédéral. Un havre de paix dans lequel leurs enfants ne seraient plus « endoctrinés mais éduqués », et où la « police du recyclage » ne pourrait plus intervenir.
La Citadelle serait surtout un lieu où serait enfin défendue la plus élémentaire des libertés : celle de posséder un fusil, « l’icône de la liberté à l’américaine ».

Une utopie pour “gun nuts”
Si jamais le projet aboutit, la Citadelle devrait ressembler à une gigantesque forteresse médiévale, d’environ un millier d’hectares, avec des tours de garde, des enceintes externes et internes, des portes fortifiées …

Le complexe, qui se fixe comme objectif d’accueillir jusqu’à 7000 familles, comprendrait des habitations, un hôpital, une école, un marché, une fabrique d’armes à feu et le musée qui va avec, et ( si tout va bien ) une banque qui produirait ses propres pièces en or et en argent.

Sachez d’emblée que si vous faites partie des « marxistes, socialistes, libéraux [ou] représentants de l’Establishment républicain », vous ne serez pas les bienvenus ( de toute façon, seule une poignée de touristes pourra visiter le site ).
Si vous avez la chance de ne pas correspondre à l’une de ces catégories honnies, vous pouvez très facilement rejoindre cette accueillante communauté qui ne fera aucun cas de votre couleur de peau ou de votre religion ( même si, faute de place, la Citadelle ne pourra pas accueillir tous les lieux de cultes … Mais ce n’est pas grave car il y aura de la place en dehors des murs ).

Pour faire partie de cette formidable aventure, il vous suffit d’adhérer aux principes énoncés dans « l’Accord Patriotique de la Citadelle ».
Cet ersatz de la Déclaration d’Indépendance ( dont la moitié des 13 articles porte directement sur la question des armes à feu ) prétend être fondé sur les principes de liberté des Pères Fondateurs, mais jette en fait les bases d’un effrayant phalanstère paramilitaire :

  •  Toute personne de plus de 13 ans devra démontrer une fois par an sa capacité à utiliser une arme de poing et un fusil ( articles 2 et 3 ).
  • Tout adulte devra posséder chez lui un fusil d’assaut AR15, avec au moins 5 chargeurs et 1000 balles ( article 4 ).
  • Chaque foyer devra avoir assez de provisions pour pouvoir tenir au moins un an ( article 5 ).
  • Tous les enfants seront obligés, dans le cadre de leur apprentissage scolaire, d’apprendre à se servir d’armes à feu. Leur compétences seront évaluées à l’âge de 13 ans au cours d’un « rite de passage » ( article 7 ).
  • Tout adulte de passage dans le centre ville de la communauté sera obligé d’avoir au moins une arme de poing sur lui, et « non simplement rangée dans son véhicule » ( article 8 ).

Cette insistance sur la place qu’occuperont les armes à feu dans la communauté montre à quel point cette question est devenue clivante dans l’Amérique d’Obama.
Rappelons au passage que III Arms est spécialisée dans la production de l’AR-15 ( la version civile du célèbre M16 ), l’arme avec laquelle Adam Lanza tua 26 personnes au cours de la fusillade de Newton et qui dès lors s’est retrouvée au cœur des débats sur les restrictions du port d’armes …

Dépêchez-vous, il n’y aura bientôt plus beaucoup de places !

Rassurez-vous, cette idyllique communauté ne sera pas une affreuse dictature, pour la simple et bonne raison qu’il n’y aura pas de leader.
Bon, il y aura quand même des « commandants de milice », qui, en plus de garantir la sécurité des lieux, auront aussi pour charge d’organiser les exercices de sécurité ( un en été et un autre en hiver ), et de superviser les stages d’apprentissage à la survie et au tir – obligatoires dès l’âge de 13 ans ( article 9 ).

Mais est-ce si cher payé lorsque des hordes d’affreux libéraux veulent s’en prendre à votre liberté ? C’est bien connu, il n’y a que dans les organisations paramilitaires que l’on est vraiment libre …
Alors dépêchez-vous, car des centaines de patriotes ont déjà payé les 208$ de réservation.

Arnaud Salvat